Henri Tudor

  • Konbuyu başlatan badem
  • Başlangıç tarihi
B

badem

Guest
Centre de Recherche Public Henri Tudor 1
Henri Tudor, une vie consacrée à la recherche et à l'innovation
C'est d'après et en honneur à Henri Owen Tudor, un des plus grands ingénieurs du
Luxembourg et inventeur de l'accumulateur électrique au plomb que le Centre de Recherche
Public Henri Tudor a été nommé.
Henri Owen Tudor (1859-1928)
Né en 1859 à Rosport (Luxembourg), l'année de l'invention
de l'accumulateur électrique au plomb par Gaston Planté –
accumulateur que Gaston Planté ne réussira d'ailleurs jamais
à sortir du stade de l'expérimentation –, Henri Tudor
s'intéresse très tôt à l'ingénierie électrique et plus
particulièrement à l'éclairage électrique et aux moteurs
électriques. En 1872, l'électricien belge, Zénobe Gramme,
développe la première dynamo industrielle et, six années
plus tard, en 1878, Thomas Edison, un physicien américain
invente la première lampe à incandescence. Thomas Edison
correspond régulièrement avec Henri Tudor et conseille
l'utilisation d'un accumulateur pour stocker l'énergie durant
les heures de faible consommation et de redistribuer cette
énergie les heures de forte consommation. A la fin des
années 1870, Henri Tudor assiste aux différentes
conférences de Planté et de Faure sur les accumulateurs
électriques.
En 1881, Henri Tudor est encore étudiant lorsqu'il réussit à transformer le modèle
expérimental de Planté et Faure en produit industriel. Ce premier accumulateur Tudor
fonctionnera pendant 16 années sans interruption, utilisant l'énergie produite par une
dynamo qu'il a lui-même conçue et reliée au moulin à eau de Rosport. Le château de
Rosport des Tudor sera ainsi, quatre années plus tard, une des premières demeures au
monde équipée d'une installation hydro-électrique complète fonctionnant sans interruption.
Premières plaques d'accumulateur
conçues en 1881 par Henri Tudor
Centre de Recherche Public Henri Tudor 2
En 1884, Henri Tudor développe la voiture énergétique, un ensemble accumulateur-moteur
mobile à usage multiple: moteur électrique pour fermes isolées, cirques, installations
cinématographiques mobiles, camps militaires, etc..
Après avoir breveté son accumulateur électrique, Henri Tudor et son frère Hubert
construisent en 1886 à Echternach (Luxembourg) la première station d'éclairage électrique.
La station alimente 120 lampes installées dans les maisons du village, ainsi que l'éclairage
public. Pour produire l'équipement nécessaire à ce projet, les deux frères et leur cousin
Nikolas Schalkenbach ouvrent une modeste usine à Rosport.
Cette étape marque le début de la production industrielle de l'accumulateur Tudor. Le
premier contrat d'Echternach est très vite suivi par d'autres commandes. Mais, le succès
devient vite écrasant pour la petite usine de Rosport. Les obstacles à son développement
sont nombreux: droits de douanes trop élevés, ce aussi bien pour l'importation du plomb
que pour l'exportation des produits finis, mauvaise localisation géographique, difficultés à
expédier les produits finis par voie maritime, etc.. Henri Tudor décide alors de délocaliser la
production destinée au développement de l'éclairage électrique public, d'abord vers la
Belgique et la France, puis dans d'autres pays européens comme l'Allemagne et l'Angleterre.
En 1890, 1200 batteries de stockage au plomb Tudor fonctionnent dans le monde: en
Argentine, Autriche, Belgique, Danemark, Egypte, Finlande, France, Pays-Bas, Hongrie,
Italie, Pologne Espagne, Suède et Suisse.
Après une vie entière consacrée à la recherche et à l'innovation, Henri Tudor meurt le 31 mai
1928 d'une contamination au plomb contractée lors de ses travaux de recherche. Au moment
de sa mort, 25000 personnes travaillent sur les produits Tudor.
En dépit de l'énorme succès de son invention, Henri Tudor est resté jusqu'à sa mort un
homme calme et modeste. Les dernières années de sa vie, il est resté, malgré sa maladie, très
actif, toujours prêt à relever de nouveaux défis techniques.
Ouvriers de l'usine de
Rosport avec les différents
modèles de la batterie
Tudor à leurs pieds
 
B

badem

Guest
Ynt: Henri Tudor

Henri Tudor, une vie consacrée à la recherche et à l'innovation
C'est d'après et en honneur à Henri Owen Tudor, un des plus grands ingénieurs du
Luxembourg et inventeur de l'accumulateur électrique au plomb que le Centre de Recherche
Public Henri Tudor a été nommé.
Henri Owen Tudor (1859-1928)
Né en 1859 à Rosport (Luxembourg), l'année de l'invention
de l'accumulateur électrique au plomb par Gaston Planté –
accumulateur que Gaston Planté ne réussira d'ailleurs jamais
à sortir du stade de l'expérimentation –, Henri Tudor
s'intéresse très tôt à l'ingénierie électrique et plus
particulièrement à l'éclairage électrique et aux moteurs
électriques. En 1872, l'électricien belge, Zénobe Gramme,
développe la première dynamo industrielle et, six années
plus tard, en 1878, Thomas Edison, un physicien américain
invente la première lampe à incandescence. Thomas Edison
correspond régulièrement avec Henri Tudor et conseille
l'utilisation d'un accumulateur pour stocker l'énergie durant
les heures de faible consommation et de redistribuer cette
énergie les heures de forte consommation. A la fin des
années 1870, Henri Tudor assiste aux différentes
conférences de Planté et de Faure sur les accumulateurs
électriques.
En 1881, Henri Tudor est encore étudiant lorsqu'il réussit à transformer le modèle
expérimental de Planté et Faure en produit industriel. Ce premier accumulateur Tudor
fonctionnera pendant 16 années sans interruption, utilisant l'énergie produite par une
dynamo qu'il a lui-même conçue et reliée au moulin à eau de Rosport. Le château de
Rosport des Tudor sera ainsi, quatre années plus tard, une des premières demeures au
monde équipée d'une installation hydro-électrique complète fonctionnant sans interruption.
Premières plaques d'accumulateur
conçues en 1881 par Henri Tudor
Centre de Recherche Public Henri Tudor 2
En 1884, Henri Tudor développe la voiture énergétique, un ensemble accumulateur-moteur
mobile à usage multiple: moteur électrique pour fermes isolées, cirques, installations
cinématographiques mobiles, camps militaires, etc..
Après avoir breveté son accumulateur électrique, Henri Tudor et son frère Hubert
construisent en 1886 à Echternach (Luxembourg) la première station d'éclairage électrique.
La station alimente 120 lampes installées dans les maisons du village, ainsi que l'éclairage
public. Pour produire l'équipement nécessaire à ce projet, les deux frères et leur cousin
Nikolas Schalkenbach ouvrent une modeste usine à Rosport.
Cette étape marque le début de la production industrielle de l'accumulateur Tudor. Le
premier contrat d'Echternach est très vite suivi par d'autres commandes. Mais, le succès
devient vite écrasant pour la petite usine de Rosport. Les obstacles à son développement
sont nombreux: droits de douanes trop élevés, ce aussi bien pour l'importation du plomb
que pour l'exportation des produits finis, mauvaise localisation géographique, difficultés à
expédier les produits finis par voie maritime, etc.. Henri Tudor décide alors de délocaliser la
production destinée au développement de l'éclairage électrique public, d'abord vers la
Belgique et la France, puis dans d'autres pays européens comme l'Allemagne et l'Angleterre.
En 1890, 1200 batteries de stockage au plomb Tudor fonctionnent dans le monde: en
Argentine, Autriche, Belgique, Danemark, Egypte, Finlande, France, Pays-Bas, Hongrie,
Italie, Pologne Espagne, Suède et Suisse.
Après une vie entière consacrée à la recherche et à l'innovation, Henri Tudor meurt le 31 mai
1928 d'une contamination au plomb contractée lors de ses travaux de recherche. Au moment
de sa mort, 25000 personnes travaillent sur les produits Tudor.
En dépit de l'énorme succès de son invention, Henri Tudor est resté jusqu'à sa mort un
homme calme et modeste. Les dernières années de sa vie, il est resté, malgré sa maladie, très
actif, toujours prêt à relever de nouveaux défis techniques.
Ouvriers de l'usine de
Rosport avec les différents
modèles de la batterie
Tudor à leurs pieds
 
Üst